À Bergerac, c’est le climat de la fin août que je préfère

Cela fait 31 ans que Victorine connaît Bergerac. En fait, elle y est née. Le Périgord, c’est sa deuxième (première ?) maison. Entre la beauté des vignes et la saveur unique du canard, elle ne pourrait jamais s’en passer. Bienvenue chez elle !

Je vais à Bergerac au moins trois fois par an depuis que j’y suis née : à la Toussaint, à Noël, à Pâques et, bien sûr, l’été. Comme nous sommes dans les terres, la chaleur de l’été n’est jamais humide, l’air reste sec, c’est très agréable. Là-bas, j’aime particulièrement le climat de la fin du mois d’août, quand arrivent les orages secs. Le ciel s’ouvre en deux, le tonnerre gronde, mais la pluie ne tombe pas. Très impressionnant.

"Une atmosphère unique..."

Ma maison est une maison familiale comme on en rêve tous : tortueuse, des chambres partout, pleine de vieux objets qui ont traversé les générations, d’épais murs capables de garder la fraîcheur, même quand la canicule s’installe. Comme elle est située tout au bout d’un cul-de-sac, nous avons la chance d’avoir une vue imprenable sur les vignes qui nous entourent et nous profitons de couchers de soleil uniques.

Pour passer un peu de temps là-bas, je suis prête à faire l’aller-retour Paris-Bergerac pour deux jours, même s’il faut parfois faire 5 h 30 de train. Là-bas, je me reconnecte. Quand j’arrive, je fais le tour de la maison et, après avoir compté le nombre d’araignées dans ma chambre, je pars faire un tour pour aller voir la petite église du hameau. Ça y est, je suis arrivée.

"Du canard sous toutes ses formes..."

Le matin, après avoir salué les biches qui squattent notre jardin au lever du soleil, nous profitons de la piscine. En famille ou entre amis, nous aimons particulièrement aller déjeuner chez Anne-Marie, au restaurant « Une Cuillère pour maman », situé sur une charmante petite place ombragée de Bergerac. Foie gras, gésiers, magrets… Le canard sous toutes ses formes finit de nous rappeler où nous sommes.

Quand il nous prend l’envie de faire un peu d’exercice, direction les canoës sur la Dordogne où quelques coups de rame nous permettent de digérer les confits du midi. Tout autour, le Périgord, ses villages en «-ac », ses hérons et ses reliefs nous éblouissent. Quelle atmosphère unique !

Dommage que Cyrano n’ait jamais mis un pied à Bergerac, il aurait adoré !

Carnet d’adresses

  • « Une cuillère pour maman » pour les petits plats d’Anne-Marie : 10 place du Feu à Bergerac

  • « Laser Play » pour des parties de laser-game avec vos enfants : 21 route de Bordeaux à Saint-Laurent-des-Vignes

  • « Canoë Attitude » pour descendre la Dordogne à la rame : les quais de Gardonne

Se rendre à Bergerac 

ARTICLES
ASSOCIÉS 

En vallée de la Dordogne, des balades accessibles au plus grand nombre, de 7 à 77 ans. De coins secrets en sites à...

Les premiers hommes ont laissé en Nouvelle-Aquitaine de merveilleux témoignages de leur présence. Les plus beaux...

Apprendre tout en s’amusant ? Oui, c’est possible, surtout dans la Vallée de la Vézère en Périgord Noir, à...

Invité deux semaines en résidence artistique à Brivezac, en Corrèze, au sud de Brive-la-Gaillarde, le dessinateur...

Paysages préservés et patrimoine mis en valeur, quatre vastes Parcs naturels régionaux vous accueillent en...

ARTICLES
ASSOCIÉS 

En vallée de la Dordogne, des balades accessibles au plus grand nombre, de 7 à 77 ans. De coins secrets en sites à...

Les premiers hommes ont laissé en Nouvelle-Aquitaine de merveilleux témoignages de leur présence. Les plus beaux...

Apprendre tout en s’amusant ? Oui, c’est possible, surtout dans la Vallée de la Vézère en Périgord Noir, à...

Invité deux semaines en résidence artistique à Brivezac, en Corrèze, au sud de Brive-la-Gaillarde, le dessinateur...

Paysages préservés et patrimoine mis en valeur, quatre vastes Parcs naturels régionaux vous accueillent en...