De Bergerac à Duras, adoptez la Périgord Attitude !

Sillonner les vallons verdoyants du vignoble de Bergerac-Duras, c’est la garantie d’en prendre plein les yeux et les papilles. « 18 000 ans d’art de vivre » peut-on lire à la Maison des vins de Bergerac…

Entre les grottes préhistoriques, les cités médiévales, châteaux fortifiés, les demeures romantiques Renaissance ou les constructions écologiques plus contemporaines, l’architecture du paysage a de l’histoire à revendre. Et la vigne, dans un cadre naturel encore privilégié, entre bois, vallons et rivières, s’est implantée depuis des siècles, sculptant le décor.

3 millions de touristes choisissent la Dordogne comme destination estivale chaque année, dans un département où 50 % des surfaces sont occupées par des cultures agricoles viticoles ou arboricoles. Désormais associés aux autres filières de produits de qualité traditionnellement implantées en Périgord (la fraise, la noix, le canard, l’agneau, ou encore la truffe et le marron), les vignerons des sept terroirs de Bergerac-Duras foisonnent d’idées pour améliorer l’accueil des visiteurs dans leurs murs et innover en matière d’œnotourisme.

À vélo, à cheval, en randonnant, au cours d’un pique-nique, d’un concert ou en partageant des bouchées gastronomiques étoilées, les occasions d’adopter la Périgord attitude ne manquent pas. Alors, en route ?

Montravel

Du côté de Montravel

Renaissance au Château Michel de Montaigne

« Il ne convient pas d’aimer le vin modérément : on pourrait croire que vous tenez ce don de Dieu pour peu de chose »… Ces mots, Michel Eyquem de Montaigne les aurait rédigés depuis la tour de cette maison forte que l’on visite aujourd’hui. Cette même forteresse où il a écrit ses « Essais » à partir de 1572. En face, un château XIXe siècle, conçu par Pierre Magne, « self-made-man » de son époque, finalise l’ensemble.

Aujourd’hui propriété de la famille Mahler-Besse (Nicolas Mahler-Besse est par ailleurs directeur général de la tonnellerie Seguin-Moreau), le château Michel de Montaigne travaille à la réouverture de ses portes avec plus d’ambition. En dehors des visites historiques de la tour et du château (à partir de 9 €), c’est désormais au vignoble de 19 hectares d’être en phase de restructuration. « Nous recevons 11 000 visiteurs par an qui viennent pour découvrir ce lieu magique, chargé d’histoire.

Mais l’objectif est de mieux exploiter le potentiel œnotouristique, tout y est, mais il y a du travail », explique Benoît Sébastien, le directeur. On peut désormais choisir de finir les visites avec une dégustation des vins (à partir de 16 €), un déjeuner dans la salle de réception du château remeublée d’époque (70 €) ou venir y dîner à l’occasion d’un repas gastronomique (110 €).

En période estivale, un marché gourmand prend place dans la cour du château tous les dimanches soir.

Château Michel de Montaigne
24230 Saint-Michel-de-Montaigne
+33(0)5 53 58 63 93
www.chateau-montaigne.com

Pécharmant

En passant par Rosette et Pécharmant

Pique-nique périgourdin et traces du passé à Haut-Pécharmant

L’œnotourisme, Didier et Mylène Roches l’ont toujours pratiqué, « même quand ce mot n’était pas encore à la mode ! » exprime le vigneron au franc-parler. À Haut-Pécharmant, le caveau est ouvert toute l’année de 9 heures à 18 heures, et la visite du vignoble se fait en autonomie, grâce aux indications devant les parcelles et une table d’orientation placée au bout des vignes, dominant l’appellation Pécharmant.

Après être passé par le chai de vinification (des fiches explicatives sont disponibles en français, anglais et néerlandais), on entre dans le chai de vieillissement : derrière les anciennes cuves en béton d’époque, un musée de vieux outils accueille les visiteurs.
Comment résister devant un vieux pulvérisateur à dos tout en cuivre, ou la première machine de mise en bouteilles datant du milieu du XXe siècle… Puis on finit par la dégustation.
Avec un panier pique-nique si on le souhaite, composé de produits typiques du Périgord (panier garni pour 4 personnes, 30 €) qu’on peut aller manger sur la nouvelle aire de pique-nique aménagée. La cuvée de la Veuve Roches (9,50 €), issue des vieilles vignes de merlot, de cabernet franc et sauvignon, s’exprime avec un nez enjôleur épicé, un fruit noir bien mûr, et une belle finesse de tanins.

L’été, tous les mercredis, des dégustations gourmandes sont organisées proposant des toasts (canards de la Maison De Barbe) avec les vins.

Domaine du Haut-Pécharmant
24100 Bergerac
+33(0)5 53 57 29 50
www.haut-pecharmant.fr

ARTICLES
ASSOCIÉS 

Cela fait 31 ans que Victorine connaît Bergerac. En fait, elle y est née. Le Périgord, c’est sa deuxième...

A deux heures à l’est de Bordeaux, rencontre avec les vignerons de Montravel.

Depuis 2014, les vins de Duras ont rejoint les vins de Bergerac sous la même appellation.

Au sud de Bordeaux, venez découvrir le Château Guiraud et sa philosophie du bio avec la visite de son jardin au milieu...

Quand l’heure n’est plus à la compétition les stars du ballon ovale vous accueillent dans leurs fiefs. Voici ma...

Au cœur de propriétés renommées ou comme ambassadeurs de châteaux classés, ces restaurants font rayonner un...

ARTICLES
ASSOCIÉS 

Cela fait 31 ans que Victorine connaît Bergerac. En fait, elle y est née. Le Périgord, c’est sa deuxième...

A deux heures à l’est de Bordeaux, rencontre avec les vignerons de Montravel.

Depuis 2014, les vins de Duras ont rejoint les vins de Bergerac sous la même appellation.

Au sud de Bordeaux, venez découvrir le Château Guiraud et sa philosophie du bio avec la visite de son jardin au milieu...

Quand l’heure n’est plus à la compétition les stars du ballon ovale vous accueillent dans leurs fiefs. Voici ma...

Au cœur de propriétés renommées ou comme ambassadeurs de châteaux classés, ces restaurants font rayonner un...